© 2007
Affaire Seznec
 

L'affaire Seznec défraie la chronique judiciaire française depuis 1923. Guillaume Seznec, né en 1878, à Plomodiern, dans le Finistère, a été reconnu coupable du meurtre du marchand de bois Pierre Quéméneur, conseiller général du Finistère par ailleurs. Ce dernier avait étrangement disparu dans la nuit du 25 mai au 26 mai 1923 durant un voyage effectué de Bretagne à Paris avec Seznec. Étant la dernière personne à avoir vu Quéméneur, ce dernier devint le principal suspect et fut arrêté, inculpé et incarcéré.

Son procès prit fin le 4 novembre 1924. Seznec fut alors condamné aux travaux forcés à perpétuité. Il fut ensuite conduit au Camp de la Transportation de Saint-Laurent-du-Maroni en 1927 puis transféré au bagne des Îles du Salut en Guyane Française en 1928.

Bénéficiant d'une remise de peine en mai 1947, il rentra en métropole l'année suivante. En 1953, à Paris, il fut renversé par une camionnette qui a pris la fuite. Retrouvé, son chauffeur prétendit qu'il n'avait rien vu. Il est mort le 13 février 1954 des suites de ses blessures.

Durant tout son procès et pendant les années qu'il lui restait à vivre, Seznec ne cessa de clamer son innocence. Grâce au combat de ses descendants, notamment son petit-fils Denis Le Her-Seznec, la justice a constamment été sollicitée pour rouvrir le dossier afin de le blanchir des accusations portées contre lui et d'obtenir sa réhabilitation. Jusqu'à ce jour, toutes les tentatives (9) ont échoué.

La commission de révision des condamnations pénales a toutefois accepté, le 11 avril 2005, de rouvrir le dossier de la condamnation pour meurtre de Guillaume Seznec. Cette décision ouvre la voie à une éventuelle annulation de la condamnation prononcée en 1924 à son encontre. La Chambre criminelle de la Cour de cassation, statuant comme cour de révision, a examiné ce dossier le 5 octobre 2006.

Lors de cette audience, l'Avocat général Jean-Yves Launay a requis le bénéfice du doute au profit de Guillaume Seznec, évoquant plus particulièrement la possibilité d'une machination policière, tandis que le conseiller rapporteur Jean-Louis Castagnède a soutenu l'opinion inverse, arguant d'une part que cette manipulation lui semblait improbable et que d'autre part les expertises sollicitées par la cour de cassation avaient établi que Guillaume Seznec était bien l'auteur de la fausse promesse de vente de la propriété de Plourivo de Quéméneur. La décision finale sera rendue publique le 14 décembre 2006. De nombreux ouvrages ont été publiés depuis des dizaines d'années sur cette affaire et Yves Boisset en a tiré un film L'Affaire Seznec en 1992.

Accueil
Nos produits
Carte générale
Géographie de la Guyane
Cayenne
Kourou
Centre Spatial Guyanais
Lanceur Ariane 5
Les îles du Salut
Cacao
Macouria
Saül
Tortues Luth
Contact
Fichier de vérification