© 2007
Centre Spatial Guyanais
Le centre spatial guyanais (CSG) est une base de lancement française et européenne, située près de Kourou en Guyane française. C'est de cette base que sont lancés les lanceurs commerciaux Ariane.

Arianespace

Histoire

Suite à l'indépendance de l'Algérie en 1962, le CNES est dans l'obligation de quitter la base de lancement d'Hammaguir. Au total, quatorze sites sont étudiés :

  • les Seychelles
  • l'île de la Trinité, à la Trinité-et-Tobago
  • en Polynésie française
    • l'île de Nuku Hiva, dans les Marquises
    • l'archipel des Tuamotu
  • dans les Antilles françaises
    • l'île de La Désirade
    • l'île de Marie-Galante
  • Cayenne, en Guyane
  • Djibouti
  • Darwin, en Australie
  • Trincomalee, au Sri Lanka
  • Fort Dauphin, en Madagascar
  • Mogadiscio, en Somalie
  • Port-Étienne, en Mauritanie
  • Belém, au Brésil

Tout ces sites ont comme point en commun d'être près de l'équateur, qui offre d'excellentes conditions pour les lancements d'engins spatiaux.

Le rapport du CNES préconise la Guyane, qui offre plusieurs avantages comme le faible densité de population et la large ouverture sur l'océan Atlantique qui permet ainsi de réduire les risques en cas de problème avec le lanceur. Le premier ministre de l'époque suit ces recommandations et le 14 avril 1964, suite à un arrêté ministériel, établit le Centre spatiale guyanais à Kourou.

En septembre 1965 commencent les premiers travaux d'aménagement, où plus de 2?500 personnes travaillent. Le CSG inaugure son premier lancement le 9 avril 1968 avec la fusée Véronique. Suivront les années suivantes le lancement de 9 fusées Diamant.

Ariane

Quand l'Agence spatiale européenne (ESA) fut créée en 1973, la France proposa de partager Kourou avec la nouvelle agence. L'ESA finance les deux tiers du budget annuel de la base de Kourou, et a également payé sa modernisation à l'occasion de la mise au point de la série des lanceurs Ariane.

Soyouz

Dans le cadre d'un accord de coopération russo-européen, l'ESA utilisera des lanceurs Soyouz pour ses propres tirs (tant pour des lancements pour son propre compte que pour mettre en orbite des charges payantes), tandis que les Russes auront accès à la base de Kourou pour des lancements à leur compte avec des fusées Soyouz. Ils utiliseront le centre spatial guyanais en alternative à leur propre base de lancement de Baïkonour (Kazakhstan) en bénéficiant d'une capacité de lancement supérieure grâce à la proximité de l'équateur.

Le pas de tir Soyouz est actuellement en construction en Guyane sur la commune de Sinnamary. Ces travaux, sont co-financés par l'ESA et Arianespace. La maîtrise d'œuvre est assurée par le CNES, assisté d'Arianespace. Le premier lancement de Soyouz du CSG est prévu en novembre 2008.

Vega

Dans le cadre d'un programme de l'ESA, la famille des lanceurs commerciaux d'Arianespace va s'accroître avec l'apport de Vega, une nouvelle fusée dont l'entrée en service est prévue fin 2007. Haute d'environs trente mètres, ses vols permettront l'emport de satellites de petite à moyenne taille. Vega utilisera l'ensemble de lancement ELA-1, jadis dévolu aux envols historiques d'Ariane 1. La salle de contrôle existe déjà et l'ancien pas de tir d'Ariane 1 est en train d'être rénové en vue de sa nouvelle carrière opérationnelle.

Vega aura un rôle essentiel au sein de la gamme des lanceurs européens. Elle vient en complément d'Ariane 5 (optimisée pour les gros satellites déposés sur orbite de transfert et les vols de basse altitude avec de très gros passagers) et Soyouz (taillé pour l'emport d'engins de poids moyens vers l'orbite terrestre basse ou certains petits satellites géostationnaires). L'Italie est la première nation impliquée et le rôle du maître d'œuvre revient à ELV S.p.A, filiale commune de AVIO et de l'Agence spatiale italienne (ASI).

Selon les prévisions, le premier vol de qualification interviendra en 2007. Il sera suivi de lancements à un rythme de 2 ou 4 missions par an.

Installations

Les prestations à terre incluent des bâtiments de préparation des lanceurs et des satellites, les opérations de lancement proprement dites, ainsi qu'une unité de production de combustible solide.

Situé à une latitude de 5 degrés, à 460 km seulement au nord de l'équateur, la rotation de la Terre procure une vitesse additionnelle de près de 500 m/s. En outre, la manœuvre des satellites pour les placer dans l'orbite souhaitée est plus facile quand le lancement est fait près de l'équateur.

La sécurité autour du Centre spatial est assurée par la gendarmerie nationale, aidée par la Légion étrangère et par d’autres corps de l'armée. Un détachement de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris s'occupe quant à lui des interventions sur les éventuels incendies

Accueil
Nos produits
Carte générale
Géographie de la Guyane
Cayenne
Kourou
Centre Spatial Guyanais
Lanceur Ariane 5
Les îles du Salut
Cacao
Macouria
Saül
Tortues Luth
Contact
Fichier de vérification